header-g
header-m
header-d

ARCHIVES Actualité : Septembre 2010

Le collège Pasteur propose un dispositif aux dyslexiques, dysphasiques, dyspraxiques.


Sabrina est auxiliaire de vie scolaire

« Dys » sur dix pour Tom.

Scolarisés à Pasteur, douze élèves « dys » bénéficient d'un dispositif adapté à leurs besoins. Parmi eux Tom, pour qui le parcours scolaire a parfois été difficile. Ses parents témoignent.

1 à 3. En France, le nombre d'enfants « dys » est inconnu et sans doute sous-estimé. Il y aurait 1 à 3 enfants par classe en primaire. Confiance en soi. Vu les efforts fournis pour un résultat toujours insuffisant, l'enfant « dys » perd souvent l'estime de lui-même.

14, 5 de moyenne en 6 e. Tom(*) fait partie des bons élèves du collège Pasteur. Pourtant, ce garçon de 12 ans, qui est entré en classe de 5 e cette année, souffre de dyspraxie.

« Dès la maternelle, nous avons constaté que Tom avait du mal à automatiser ses gestes, à réaliser des puzzles ou des jeux de construction », témoignent ses parents, tous deux enseignants. En grande section, le jeune écolier a ensuite éprouvé des difficultés avec les graphismes, la numération. Il avait également du mal à « retenir certaines choses ». Puis, sont apparus des soucis pour rentrer dans la lecture et dans l'écrit.

« À la maison, au moment des devoirs, c'était très compliqué. Tom n'avait plus envie de travailler, il était fatigué. » Consciencieux et motivé, le garçon fournissait des efforts incroyables, mais les résultats n'étaient jamais suffisants. « Si l'on n'est pas avisé de cet investissement, on peut croire qu'il s'agit d'un enfant qui ne travaille pas à l'école. ».

Un garçon intelligent.

Grâce à sa volonté et à des séances chez l'orthophoniste, Tom réussit à suivre le rythme et enregistre quelques progrès. Mais comme les enfants souffrant de dyslexie, dysphasie ou dyspraxie (« dys »), il a tout de même du mal à supporter le poids de la différence. « Il ne se sentait pas à la hauteur, avait le sentiment de nous décevoir. Nous l'avons alors emmené chez un psychologue, qui l'a réellement rassuré sur ses capacités. » Il s'avère en effet que le jeune Mâconnais fait preuve d'une belle intelligence verbale et qu'il est aussi bon en maths. Ses lacunes se situent essentiellement au niveau du traitement de l'information et de la mémoire. La bienveillance des professeurs a donc été primordiale pour son évolution. « Tom a eu la chance de tomber sur des enseignants qui lui ont prêté beaucoup d'attention et qui l'ont encouragé. ».

Cependant, en CM2, les difficultés sont devenues plus marquées. Ses parents ont donc décidé d'entreprendre des démarches pour mettre un nom sur ses problèmes. « Il fallait qu'il déculpabilise et qu'il comprenne que ce n'était pas de sa faute. » La procédure a été longue, a demandé du courage et des moyens financiers. Après de nombreux examens et un bilan d'ergothérapie, il est apparu que Tom était dyspraxique, mais que cela ne l'empêchait pas d'être « un garçon intelligent ».

Des outils pour l'aider.

L'an dernier, Tom est entré en 6 e au collège Pasteur. L'établissement propose un dispositif adapté aux besoins des « dys » (voir ci-dessous). « Notre fils s'est retrouvé dans une classe de 23 élèves seulement, composés de 20 enfants autonomes et de trois « dys ». Ces derniers sont accompagnés d'auxiliaires de vie scolaire qui les aident durant les cours. De leur côté, les professeurs adaptent leurs méthodes d'apprentissage tout en suivant le programme. « Les enseignants tiennent compte des problèmes des élèves. Ils ont moins d'exigences en orthographe ou en écriture et appliquent un système de notation plus souple ».

Grâce à la mobilisation des parents d'élèves, de l'équipe pédagogique, de la direction, des infirmières et médecins scolaires, ce dispositif affiche de bons résultats. La preuve en est avec Tom qui suit un cursus « classique » avec réussite.

(*prénom d'emprunt)


Laure-Hélène Mazuir


Source : Le journal de Saône-et-Loire- Edition du 29 09 2010
Cet article n'est plus en ligne
.


Retour


© Dys moi tout . Mentions légales . Plan du site