header-g
header-m
header-d

ACTUALITE - Nouveau dys'positif


Maryse Savouret signé une charte en faveur de l'accueil des élèves dyslexiques

La directrice d'académie Maryse Savouret a signé lundi une charte en faveur de l'accueil des élèves dyslexiques au collège Marcel Pagnol de Wittenheim.

Reportage

Ni les élèves, ni les parents, ni les enseignants, ne sont responsables de ces troubles spécifiques d'apprentissage liés à un dysfonctionnement cérébral.

Mais ils ne doivent pas l'ignorer pour autant. Les difficultés d'apprentissage (dans le domaine du langage écrit pour les uns et oral pour les autres), dues à la dyslexie ou à la dysphasie touchent 8 à 10 % des écoliers, appartenant à tous les milieux sociaux. Conscientes de ce problème, les équipes médicale et pédagogique du collège Marcel Pagnol de Wittenheim se sont engagées volontairement dans la création d'un « Pôle DYS » (pour dyslexie et dysphasie).

Une classe de 6e adaptée

omposée à un tiers d'élèves souffrant de troubles d'apprentissage, ouvrira en septembre prochain. Une nouvelle pédagogie L'objectif de ce « dys'positif », qui répond à une réelle demande des parents et n'est appliqué que dans quatre établissements haut rhinois, est d'offrir une scolarisation valorisante aux enfants concernés. Les élèves bénéficieront d'une approche pédagogique différente et plus détaillée, notamment concernant l'orthographe et la grammaire.

Un milieu scolaire ordinaire

« Cette pédagogie adaptée respectueuse du rythme d'apprentissage des enfants, attentive à leurs comportements, tout en gardant les contraintes de programme et de niveau, pourra également profiter aux autres élèves », a expliqué Jean-Marie Galindo, principal. « La classe sera composée à un tiers d'élèves dyslexiques ou dysphasiques. Nous ne voulons pas stigmatiser ces élèves mais les intégrer à un programme plus adapté qui profitera à tous », a ajouté Natacha Paprocki, principale adjointe.

Une implication et compréhension

Une vingtaine de personnes de l'équipe pédagogique, très impliquée dans le projet, ont suivi une formation afin d'accompagner au mieux les élèves en difficulté, du diagnostic au suivi régulier de l'apprentissage. « Cette formation nous a permis de comprendre la spécificité des élèves dyslexiques et dysphasiques. Ce sont deux réelles pathologies qui ne relèvent pas d'un manque de volonté », a ajouté Patrice Collard, professeur. Daniel Kuchel, directeur de l'Institut pour les Déficients Sensoriels Le Phare, a rappelé l'importance de la prise en charge rapide des élèves concernés. « J'espère que ce type de dispositif va se développer, car l'Éducation Nationale se doit d'être un facilitateur », a conclu la directrice d'académie.

C.B.


Source : DNA.fr – Publié vendredi 10 juin 2011
Cet article n'est plus disponible en ligne

logo-metro.com

Retour


© Dys moi tout . Mentions légales . Plan du site