header-g
header-m
header-d

Humeurs d'enfants : page 1

Avant

Avant, ma mère me disait : "tu verras, l'école est un endroit merveilleux. Tu auras des copains et tu apprendras plein de choses formidables… Tu en as de la chance, tu sais !".


Maintenant, elle me dit : "Mais non, tu n'as pas mal au ventre. Prends vite ton cartable. File, tu vas être en retard. Ecoute bien en classe et fais des efforts.


En me donnant une tape sur les fesses, elle rajoute: Ne traîne pas au retour, tu as l'orthophoniste !

post-it

Les parents, parfois ce n'est pas cool

Mes parents, quand ils ne sont pas contents de moi, ils me disent :


"C'est pourtant simple, bouge tes neurones" - "Allons, tu as vu ça en CP" - "Tu pourrais lire un peu plus" - "Concentre toi donc un peu" - "arrête de rêver et travaille" - "Ce n'est pas possible, ça fait deux heures que l'on révise. On ne va pas y passer la nuit, tout de même" - "C'est quoi cette écriture de porcinet, tu pourrais t'appliquer davantage" - "Mais, fais donc un effort"...


Heureusement, j'ai aussi droit à des compliments :

«T'es bien le fils de ton père», marmonne parfois mon papa en sortant de ma chambre.

post-it

Une année sabbatique

En CE1, le maître disait à mes parents qu'il fallait tenir compte de mon rythme et plein d'autres choses gentilles. Ils étaient étonnés, mais pour une fois qu'il n'y avait pas de reproches, ils n'allaient pas s'en plaindre et tout gâcher. Et puis, cela leur faisait une petite pause.


A la fin de l'année scolaire, les parents étaient invités à un petit spectacle.


A tour de rôle, les enfants chantaient des chansons et racontaient un morceau de poème, que les autres élèves reprenaient. Tous, sauf moi...


Les parents étaient fiers, mais mon papa, il faisait une drôle de tête. Il avait compris la technique du maître : on élève les chevaux, mais on ne tire pas les bœufs.


Un bœuf, c'est mieux qu'un âne ? Pas grave, c'était une année tranquille pour moi.

post-it

Les lunettes

Quand mon copain enlève ses lunettes, il voit flou et il ne peut pas lire, ni écrire correctement. Et on ne lui dit rien.


Moi, je suis presque comme lui. Il faut des lunettes à mon cerveau pour écrire ou lire bien. Sauf que moi je me fais gronder. En plus, il n'existe même pas de lunettes pour ça.

post-it

Avant, avant

Si j'étais à l'époque de mon grand-père, j'aurais peut-être eu un "bonnet d'âne" sur la tête. C'est un chapeau avec des grandes oreilles pour montrer aux autres que t'es trop nul.


Pourtant, ce n'est pas idiot un âne.

post-it

Le sport, c'est pas toujours ça

Avec mon frère, on a fait du karaté. Il y avait pleins d'exercices et des katas. C'est comme un combat, mais pour de faux. C'est important pour changer de ceinture.


Le jour des nouvelles ceintures, toute la famille était là. Mon grand frère avait même emmené son caméscope.


Pendant le kata, j'étais un peu tout embrouillé. J'allais dans le mauvais sens. J'étais en retard, ou alors je ne bougeais plus car je ne savais plus quoi faire. Un vrai bazar. Si j'avais été une ficelle, j'aurais été plein de nœuds.


Les juges ont voulu m'aider et on m'a fait répéter pendant longtemps. J'étais fatigué, mais j'ai tenu. J'ai recommencé mon kata. Ça ne voulait toujours pas venir. Je ne me souvenais jamais s'il fallait tourner à droite ou à gauche, devant ou derrière. Mon cerveau ne savait pas. Mes pieds et mes bras, non plus…


Les juges étaient gentils, j'ai eu une petite barrette noire sur ma ceinture blanche. Un encouragement.


Après ? J'ai fait du foot.

post-it

Le sens de l'orientation

Moi les Katas, ça ne va pas trop mal. Par contre, je me perds facilement.


Déjà à la maternelle, si j'allais aux toilettes, j'avais du mal à retrouver la bonne porte et je tournais longtemps dans les couloirs.

Une fois, une maîtresse m'a gardé dans sa classe jusqu'à la récrée, car je ne retrouvais plus ma classe et je ne voulais pas lui parler. J'avais trop honte.


Dans la rue, c'est pareil. Je tourne à droite, alors qu'il faudrait tourner à gauche. Des fois, je marche longtemps avant de retrouver mon chemin.


Je fais plus attention maintenant. Surtout depuis que mon père veut me greffer une balise GPS. Une fois, j'ai été cherché du pain et je me suis perdu dans le quartier.

post-it

Champollion

Ma mère, ce n'est pas Champollion - il sait lire les hiéroglyphes, lui - mais elle arrive quand même à me déchiffrer.


Des fois, elle ne peut pas. Moi non plus d'ailleurs. Alors, elle téléphone à d'autres mamans pour essayer de connaître mes devoirs ou avoir les leçons écrites en classe.


J'ai aussi des copains dys et leur maman appelle aussi à la maison.


Quand les leçons sont trop mal écrites, ma mère retape mes cours sur ordinateur. J'apprends beaucoup mieux, c'est plus clair. La leçon prend moins de place, elle me semble moins longue.


Avec le logiciel "Dragon speaking", je peux reprendre mes cours sur ordinateur en les lisant. Je m'en sers aussi pour faire mes rédactions. Il a fallu beaucoup de temps pour bien le régler. Parfois, je m'énervais car il ne comprenait rien de ce que je lui disais. Maintenant, ça va mieux.

post-it

© Dys moi tout . Mentions légales . Plan du site