DYS MOI TOUT
  logo-dys-moi-tout

Enfance singulière

Partage d'expérience d'enfants dys


INSTANT D'HUMEUR


Avant

Avant, ma mère me disait : "tu verras, l'école c'est super. Tu auras des copains et tu apprendras plein de choses formidables. Tu en as de la chance, tu sais !". Maintenant, elle me dit : "Ton mal de ventre va passer. Dépêche-toi ! Tu vas être en retard et écoute bien en classe". En me donnant une tape sur les fesses, elle rajoute: "Ne traîne pas au retour, tu as l'orthophoniste !"

Lunettes

Quand mon copain enlève ses lunettes, il voit flou et il ne peut pas lire ou écrire correctement. On ne lui dit rien. Moi, je suis presque comme lui, il faut des lunettes à mon cerveau pour écrire ou lire bien. Sauf que moi, je me fais gronder. En plus, il n'existe même pas de lunettes pour ça.

Encore avant

Si j'étais à l'époque de mon grand-père, j'aurais peut-être eu sur la tête un "bonnet d'âne". C'est un chapeau avec des grandes oreilles pour montrer aux autres que t'es trop nul. Pourtant, ce n’est pas idiot un âne.

Champollion

Ma mère, ce n’est pas Champollion. Il sait lire les hiéroglyphes, lui ! Mais elle arrive presque à comprendre mon écriture. Des fois, elle ne peut pas me déchiffrer, moi non plus d'ailleurs. Alors, elle téléphone à d'autres mamans pour essayer d’avoir mes devoirs ou les leçons écrites en classe.

J'ai aussi des copains dys et leur maman appelle aussi à la maison. Quand les leçons sont trop mal écrites, ma mère retape tous mes cours sur ordinateur. J'apprends beaucoup mieux. C'est plus clair. La leçon prend moins de place et semble moins longue. Avec le logiciel "Dragon speaking", je peux copier mes cours sur ordinateur en les lisant. Je m'en sers aussi pour faire mes rédactions. Il a fallu beaucoup de temps pour bien le régler. Parfois, je m'énervais. Il ne comprenait rien de ce que je lui disais. Maintenant, ça va mieux.

Tripatouille

Quand je travaille ou quand j'écoute, je n'arrête pas de tripoter des objets. Ça énerve un peu les parents et les professeurs.

Katas cata

Avec mon frère, on a fait du karaté. Il y avait pleins d'exercices et des katas. C'est comme un combat, mais pour de faux. C'est important pour changer de ceinture. Le jour des nouvelles ceintures, toute la famille était là. Mon grand frère avait même emmené son caméscope.

Pendant le kata, j'étais un peu tout embrouillé. J'allais dans le mauvais sens, j'étais en retard ou alors je ne bougeais plus car je ne savais plus quoi faire. Si j'avais été une ficelle, j'aurais été plein de nœuds.

Les juges ont voulu m'aider et m'ont fait répéter pendant longtemps. J'étais fatigué, mais j'ai tenu bon. J'ai recommencé mon kata. Ça ne voulait toujours pas venir. Je ne me souvenais jamais s'il fallait tourner à droite ou à gauche, devant ou derrière. Mon cerveau ne savait pas, mes pieds et mes bras non plus. Les juges étaient gentils, j'ai eu une petite barrette noire sur ma ceinture blanche. Un encouragement. Après ? J’ai fait du foot.

Parents

Mes parents, quand ils ne sont pas contents de moi, ils me disent : "c'est pourtant simple, bouge tes neurones" ; "allons réfléchi, tu as vu ça en CP" ; "concentre toi donc un peu" ; "arrête de rêver et travaille" ; "ce n'est pas possible, ça fait deux heures que l'on révise. On ne va pas y passer la nuit" ; "c'est quoi cette écriture de porcinet, applique-toi" ; "mais fais donc un effort"...

Heureusement, j'ai droit à des compliments : «T'es bien le fils de ton père», marmonne parfois mon papa en sortant de ma chambre.

Construire

J'adore construire plein de choses avec mes Lego. Je regarde bien le plan car il faut faire attention de ne pas placer n'importe quelles pièces, après c'est dur pour la retrouver. On doit tout démonter et recommencer. Quand je suis bloqué, je dis qu'il manque des pièces dans la boîte. En fait, c'est parce que je me suis trompé. J'aime faire des grands vaisseaux, des châteaux, de nouvelles constructions que j'imagine.

Mon frère, il préfère jouer avec sa console. Moi, pas trop.

Récitations

Apprendre les récitations, parfois c'est difficile, surtout quand la maîtresse choisit des récitations que je ne comprends pas. Quand ça ne veut rien dire pour moi, je ne peux pas avoir des images dans ma tête pour me souvenir des mots, alors j'ai trop de mal à apprendre par cœur et je mets les phrases dans n'importe quel ordre.

Mauvais

Quand j'ai 5 sur 20, je sais que ce n'est pas terrible. La maîtresse ou mes parents disent que j'ai une mauvaise note. Je n'aime pas que l'on me traite de mauvais.

Dys

Dans ma classe, il y a des non dyslexiques, les professeurs nous corrigent comme les autres et parfois, nous avons de meilleures notes qu'eux. Certains sont un peu jaloux. Quand j'ai eu 16 en rédaction, ils m'ont dit que j'avais copié sur internet. Ils doivent penser que je suis trop débile pour avoir de bonnes notes !

Puzzle

Je n'en fais plus, mais avant, je m'amusais avec plein de puzzles, même s'ils étaient très compliqués et avaient beaucoup de pièces. C'est drôlement amusant de trouver la bonne pièce au milieu de plein d'autres. C'est dommage que je ne retrouve pas aussi bien mes leçons dans ma tête.

Vacances

Pendant les vacances, je peux faire plus de choses : regarder la télé, jouer, voir mes copains. Mais j'ai aussi mes devoirs et en plus il faut revoir les leçons où je n'ai pas eu la moyenne. Heureusement, avec mon frère, on va souvent chez nos grands-parents. C'est cool là-bas.

Ma mère à notre retour, elle redémarre comme avant. Des fois en pire si elle voit qu'on n'a pas révisé correctement. A chaque fois, on demande de rester chez nos grands-parents, mais les parents ils ne veulent pas.

Devoirs

Faire mes devoirs ça m'énerve. Ma mère, elle ne me laisse jamais tranquille avec ça. Je voudrais jouer ou ne rien faire. C'est bon, j'ai déjà travaillé à l'école toute la journée, faut toujours travailler.
Quand je n'y comprends rien, je m'énerve. On m'explique plein de fois et ça m'énerve encore plus. Je parle mal à ma mère. Mon père n'est pas content, ma mère non plus. Tout le monde s'énerve à la maison.

Un jour, elle en a eu assez de m'aider. Nous nous fâchions trop. Alors, ce sont des étudiants qui venaient chez nous. C'était plus calme, je ne pouvais pas trop m'énerver avec eux. Maintenant, ça va mieux avec ma mère. J'ai grandi, je m'énerve moins, un peu parfois. Elle aussi, elle a changé, elle arrive à être plus patiente.

Orientation

Mon frère à la maternelle, quand il allait aux toilettes, il avait du mal à retrouver sa classe et il se perdait dans les couloirs. Une fois, une autre maîtresse l'a vu et comme il ne voulait pas lui parler, elle l'a gardé dans sa classe jusqu'à la récrée.

Dans la rue, c'est pareil, il marche longtemps avant de retrouver son chemin. Quand il va acheter du pain, parfois il se perd dans le quartier. Il a intérêt à s'améliorer car mon père l'a menacé de lui greffer une balise GPS.

Toujours

Depuis qu'on est petit, on doit travailler. A l'école, puis à la maison pour les devoirs. En plus, les parents nous font réviser. Il y a aussi les cours de soutien, l'orthophoniste, l'ergothérapeute, le sport… On n'arrête jamais. Et pour faire quoi ? Pour encore travailler quand on sera parent. J'ai intérêt à choisir un métier qui me plaira, sinon ça ne va être pas être marrant de vivre comme ça toute la vie.

Ordinateur

Tous les lundis, depuis le CM2, j'ai des cours à la maison avec un ergothérapeute. Fin CM2, la MDPH m'a prêté un ordinateur portable. L'ergothérapeute m'apprend à bien l'utiliser. Il m'explique comment me servir de certains logiciels comme Tap'touche, Rapid Typing, Dragon, Antidote et Kurzweil 3000. Pour faire mes rédactions, j'utilise Dragon. Je parle dans un micro et les phrases s'écrivent toutes seules dans Word. Je peux mieux me concentrer sur mes idées. Je suis moins embêté par mon écriture ou l'orthographe des mots. Kurzweil peut lire et chercher des définitions puis les traduire en allemand ou en anglais. En plus, il corrige les mots.

Je peux scanner des pages de mes livres de classe puis, les mettre dans Word pour les retravailler. C'est pratique. Quand je scanne, il faut que les documents soient placés bien droits sinon Kurzweil ne reconnaît pas les caractères d'imprimerie.

Othographe

Il y a des mots embêtants. Quand j'écris le mot discussion, je l'écris souvent avec un "t" : discution. Bon, il ne faut pas : discuter / discussion. Pourtant, il y a : réciter / récitation, planter / plantation, documenter / documentation. Mais, pas discuter. En voilà, un autre : connecter / connection ? Non : connexion ! Grrr...

Les grands, ils se sont embêtés à apprendre des tas de choses compliquées et pas toujours logiques ou utiles. Une fois qu'ils les ont retenues, ils ne veulent plus que ça change. Mes parents ils me reprennent quand je dis les (s)haricots, pourtant on a le droit maintenant. L'orthographe, il y a vraiment trop de règles. Il faudrait faire simple. Pourquoi garder tout ce qui est compliqué, qui ne sert qu'à tout embrouiller dans ma tête. On a tellement de choses à apprendre à l'école.

Portable

Au troisième trimestre de la 5ème, j'ai décidé d'emmener le portable à l'école. Je l'utilise surtout pour le français, l'histoire et l'allemand, l'ergothérapeute est content. Moi, au début, je ne voulais pas car je n'aime pas me faire remarquer.

Dans ma classe, il y a trois dyslexiques graves, nous sommes deux à apporter notre ordinateur, je me sens moins seul. Je note plus rapidement mes cours. C'est plus lisible et beaucoup mieux pour apprendre. Je tape vite sans trop regarder les touches. Mais l'ergothérapeute me dit qu'il faut encore progresser pour la vitesse. Pour avoir le temps de faire la mise en page, je dois être plus rapide de 20 % que ceux qui écrivent.

Langues

A l'école si je devais supprimer une matière, ce serait l'allemand. Ils voulaient tous que je fasse de l'allemand, il paraît que l'anglais n'est pas recommandé pour les dyslexiques. Pourtant dans ma classe, les dyslexiques qui ont choisi l'anglais ont des meilleures notes que moi en langue. J'aime bien mon professeur d'allemand, mais je trouve cette langue trop compliquée. J'ai dit à mes parents que je voulais apprendre l'anglais à la place.

Grammaire

Si je pouvais éliminer une deuxième matière ce serait la grammaire. Ce ne sont que des règles. Il n'y a que des trucs compliqués et trop ennuyeux comme le complément circonstanciel ou d'agent, les déterminants, les conjonctions de coordination... Ce n'est pas marrant d'apprendre tout ça.

Pas le choix

Pour la grammaire, mes parents ne sont vraiment pas d'accord. Ils disent que je fais trop de fautes, pas assez d'efforts et que je bâcle mon travail. Ils veulent que je lise « Le coupeur de mots ». Déjà, dans le titre, il y a "mot". Ça ne me donne pas envie.

ULIS

Pour mon entrée en 4ème, je suis en ULIS. Mes parents sont ravis, depuis le temps qu'ils attendaient une place. Moi, pas trop. Je vais changer de collège et ce n'est pas facile pour un dys de s'intégrer dans une nouvelle classe. Mes parents disent que j'ai de la chance d'être en ULIS, car il n'y a pas beaucoup de places. Pourquoi ils ne font pas des classes qu'avec des dyslexiques ? On serait entre nous, ça serait mieux.

Numérique

Je dois penser à prendre mon ordinateur tous les jours. Le soir, il ne faut pas oublier de le recharger. Mon cartable est super lourd. Avant, déjà, avec tous les livres et les classeurs, il n'était pas léger. Je l'ai pesé, il fait plus de dix kilos.

Grâce à nos portables, nous pourrions avoir des livres numériques. Mais bon, il faudra attendre longtemps pour ça. A l'école, nous devons ranger l'ordinateur le midi dans le bureau de la directrice ou dans celui des surveillants.

En classe, nous ne l'utilisons pas toujours. Certains professeurs ne le souhaitent pas. En plus, ce n'est pas encore utile pour toutes les matières. Il y a des élèves qui s'amusent à toucher notre clavier ou éteindre l'ordinateur pendant notre travail. Moins maintenant, ils sont habitués et ne font plus attention à nous. C’est tant mieux.

Vitesse

L'ergothérapeute est content de moi, ma vitesse de frappe sans regarder le clavier est meilleure. Je ne travaille plus avec Tap'touch, je réussissais trop bien. J’ai changé de logiciel, je fais des exercices tous les jours sur RapidTyping. Pour les contrôles, je vais bientôt apporter mon ordinateur. Ça me stresse un peu quand même.

Talent

Mon père dit que l'on a tous des compétences, qu'il faut les découvrir et les travailler. Et pourquoi pas en faire son métier. Alors, on cherche. Moi, j'aime bien les Lego. J'adore construire. Mon frère, il a une bonne mémoire sauf pour l'anglais et l'espagnol, à cause peut-être de sa timidité. Il discute tout comme un chiffonnier. Des fois, il argumente trop bien. Ça énerve un peu mon père. D’ailleurs, il l'appelle l'avocat.

Ma grande sœur n'est pas comme mon frère. Elle adore apprendre les langues étrangères. Elle vit dans un autre pays. Mon grand frère, il adore faire la cuisine, mais ce n'est pas son métier. C'est difficile de choisir un métier.

Collège

Mon nouveau collège en ULIS, c'est la classe. Il possède un grand parc. Pendant mon inscription, une dame était très étonnée que ce collège prenne des dyslexiques. Elle a raconté à ma mère que l'année précédente, une élève aveugle avait rencontré des difficultés avec un professeur. Il écrivait au tableau en restant silencieux et disait qu'il n'avait pas eu son agrégation pour s'occuper des handicapés. Du coup, ma mère était super inquiète et ne voulait plus m'inscrire.

Pourtant, ce collège accueille beaucoup d'élèves handicapés et ça se passe bien.

Soutien

J'ai encore droit cette année à des cours de soutien. Tous les mercredis, un professeur de français vient à la maison. Après l'implicite, on travaille sur des cahiers spéciaux pour dyslexiques. Ma mère n'arrête pas d'acheter des documents pour me faire étudier. Elle dit qu'il faut consolider mes bases.

Et je joue quand à la console, moi ?

Trésor

Mon père aime dire, « chaque problème est un trésor ». Il rajoute pour expliquer, « c'est une occasion d'amélioration. Devant un obstacle, il faut trouver des solutions. Ça nous oblige à réfléchir autrement. ». C'est nul comme expression, avec mes problèmes, heu, mes « trésors », je ne suis pas très riche. A chaque fois, ma mère rajoute en rigolant, "Dans tout pépin, il y a butin". Ils sont graves.

Cours d'ULIS

J'ai cinq heures d'ULIS par semaine. Ma prof d'ULIS est sympa, elle me fait travailler le français. Ça m'aide bien. D'autres travaillent les maths. Des fois, on est dix élèves, parfois, je travaille seul avec elle.

En ULIS, on a une prof d'anglais spécialisée pour les enfants comme moi. Avec elle, j'aime bien travailler cette langue. En plus, j'ai de bonnes notes.

Photocopies

En classe, quand je recopie les cours, j'ai toujours du mal à me relire. Il est prévu que les professeurs me donnent les photocopies de leurs cours. J'ai beau demander à un prof la photocopie des siens pour que je puisse mieux réviser, il m'ignore complètement. Ou alors, il me donne la photocopie la veille du contrôle.

Pourtant il sait que je suis dyslexique et en ULIS, mais on dirait qu'il s'en moque. Heureusement, la plupart des professeurs me donne la photocopie des cours d'un élève de la classe. Il y en a même un qui me passe des fichiers informatiques. C'est encore plus facile à lire pour moi.

Autonomie

Ma mère surveille mes devoirs, me fait réviser, retravailler les contrôles pas réussis, me rappelle à l'ordre quand je suis trop distrait. Elle est sans pitié, ne me lâche jamais et passe beaucoup de temps avec moi. Des soirs, mon père râle. Il voudrait que je sois plus autonome.